Claire Bouyssoux

Cabinet de psychologie à Agen

Les Archives Akashiques


Une connexion de cœur à cœur…


Capture d’écran 2017-10-08 à 22.33.12


L’Akasha est l’énergie qui constitue toute chose. Les Archives Akashiques, représentent l’espace où sont stockées toutes les mémoires de chaque âme.

Une lecture de vos Archives Akashiques, se fait toujours dans l’espace du cœur. C’est grâce à une prière spécifique venant des Mayas, que je vais « ouvrir » vos Archives, comme un livre qui me serait lu suivant différents médias.

J’ai été formée par Ernesto Ortiz, dont je vous recommande la lecture du site,
http://www.journey2theheart.com/

Une fois vos Archives ouvertes, vos guides entreront en contact avec moi soit par des paroles, des images, des pensées ou encore en m’envoyant des ressentis physiques. Mon travail consiste simplement à transmettre leurs messages et en aucun cas de les interpréter ou de vous donner des conseils.

Les Archives Akashiques nous permettent d’identifier les peurs, blocages, croyances limitantes que nous avons développés et qui nous entrave dans notre chemin de vie. Elles vous donneront aussi de précieux renseignements pour toute aide de prise de décision, comment mettre telle ou telle idée en action.

Durant la séance, une fois vos Archives ouvertes, vous posez directement vos questions et je transmets simplement les réponses reçues. Je pourrai vous aider à clarifier leurs messages en vous suggérant d’autres questions complémentaires afin de mieux intégrer leur message.

Pour qui ?
Pour toute personne majeure, désireuse de vivre l’expérience de l’ouverture de ses Archives.
Mais également pour des animaux, des entreprises, associations de personnes ou autres lieux de vie.

Tarif : 80 € la lecture d’environ une heure à mon cabinet ou par Skype avec envoi de l’enregistrement de la séance par mail.

Vous trouverez ci-dessous une interview d’Ernesto Ortiz, mon formateur, faite pour « conversation Papillon », cela vous donnera une idée du travail qui peut être fait en ce domaine... Beau visionnage :

interview d’Ernesto Ortiz